L’évolution d’un short ou mon bijou de l’été, le Seamwork Weston * The evolution of shorts, or my summer gem, the Seamwork Weston

English after photos!

Français:

Je n’aurais jamais pensé vous montrer des photos de la toile d’essai du short Weston. Loin d’être flatteuse, cette première toile de mon short Seamwork Weston n’était rien de plus qu’une tâche d’apprentissage —j’avais promis de les apprendre à une amie qui débute en couture, il fallait donc que je me prépare. En fait, au début je n’avais même pas très envie de faire ce patron. Bien que mon compte Instagram peut aisément témoigner de mon amour pour les patrons de Seamwork, j’avais déjà une longue liste de projets d’été (Et je n’avais jamais posé de braguette!).

Une raison de plus de ne pas m’être intéressée au short Weston est que l’été passé, j’avais cousu avec amour deux shorts Pierre de République de Chiffon, qui sont parmi les créations que j’avais le plus portés. Le short Pierre est un de mes premiers bijoux de couture. Comme beaucoup d’entre nous je “n’aimais pas” les shorts. Bien que, dans ma jeunesse, je les portais sans y penser, faisant partie à l’époque de mon uniforme, je m’étais sentie ‘disqualifiée’ de pouvoir en enfiler à compter de l’adolescence à cause des changements de mon corps. Ce sentiment a perduré en entrant dans l’âge adulte. Je me disais à chaque fois : « – Tu ne peux pas porter un short, ton corps n’est pas fait pour ça ».

C’est un drôle de sentiment de se sentir disqualifiée de porter un type de vêtement à cause de son type corporel. Avant de me lancer dans la couture, je n’aurais pas pensé que c’était peut-être le short prêt-à-porter qui ne m’allait pas, et pas moi qui ne lui correspondait pas —et je sais que c’est un sentiment que beaucoup partagent, malheureusement. Maintenant, grâce à la couture, je sais que c’est le short qui ne va pas et pas le contraire. Comme je n’ai pas besoin de me conformer aux modèles tendances maintenant je sais choisir les styles qui me correspondent. C’est ce que j’adore avec le short Pierre RDC. J’ai assisté à un court atelier de couture pour faire les ajustements et monter le patron. Mes deux shorts de l’été passé étaient impeccables. Je me sentais enfin libérée de tous les étés où je me sentais “privée de short”.

Tout ça pour dire que quand mon amie a voulu que je l’aide à s’initier à la couture, et qu’elle a choisi le Weston de Seamwork, j’aurais préféré qu’elle fasse un autre choix. J’avais déjà de beaux shorts, je voulais faire autre chose et surtout, je ne savais pas poser de braguette. Perfectionniste que je suis, je ne voulais pas qu’elle arrive sans que je sache poser une braguette. Je me suis donc attachée à maîtriser ce patron avant de l’apprendre à mon amie. J’ai fait plusieurs essais, j’ai galéré avec la braguette, mais j’y arrivais de mieux en mieux à chaque tentative. Le « fit », par contre, ce fût une autre histoire : j’avais moins de courage à essayer les ajustements et quand j’ai cousu mon short, l’été passé, j’avais de l’aide. Cette fois-ci j’étais seule.

Je n’avais pas le temps de me lancer dans les ajustements avant d’enseigner le patron. Sachant que cette fois j’étais seule à faire les ajustements et que ça allait donc me prendre du temps, j’ai mis la version que je me destinais de côté et j’ai aidé ma copine à fabriquer son short, et sans difficulté majeure de construction, ce fût déjà une belle réussite! À ce point, j’aurais pu laisser mon propre projet de côté, mais  avec tous ce temps investi dans la compréhension de ce patron, il me fallait continuer. J’ai pris des photos de pour étudier les ajustements nécessaires : ces fameuses photos peu flatteuses que je n’aurais jamais pensé vous montrer.

Au niveau des ajustements, j’ai retravaillé la taille, la jambe et surtout l’arrière du short avec l’ajustement complet du siège pour fesses rebondies. J’ai ainsi appris que c’est l’ajustement clé pour mes shorts et pantalons. Le plus souvent j’apprend comment identifier et faire les ajustements nécessaires en ligne (par exemple: Colette ou Closet Case FilesUne fois réglés (avec patience!) les ajustements, j’ai cherché à retravailler le patron pour mon confort. Dans ma première version finale, j’ai ajouté les poches de devant—une technique simple apprise grâce au tutoriel de By Hand LondonPour moi, les poches de devant rendent le patron plus professionnel et soigné et puis, qui voudrait d’un short sans poches? Enfin, la braguette tâche avec laquelle j’ai fini par tomber en amour, à tel point qu’à l’aide du dernier numéro de « Threads magazine », j’ai appris une technique pour poser la braguette à la main. C’est une tâche longue mais qui en vaut la peine. Je trouve qu’on a plus de contrôle en posant la braguette à la main qu’à la machine. J’ai réservé cette expérimentation pour mon dernier modèle puisque je connaissais déjà le patron par cœur et qu’il n’y avait plus de problèmes d’ajustements à régler. Et comme si je pouvais être encore plus satisfaite avec ce projet, les tissus des versions finales, viennent tous deux de la cachette ou je mêts les chutes de tissus restant d’autre projets. Ces tissus étaient parmi mes préférés : un coton bleu foncé avec des motifs blanc qui ressemble presque au denim et un lin-viscose à motifs ananas de Sarcrés coupons à Paris.

Ce projet qui, au début, « bloquait » le progrès de mes projets personnels, est devenue le projet de l’été. Je pense l’avoir fait six fois en comptant les toiles et les versions finales. Et je ne regrette pas! Au fur et à mesure, j’ai créé à travers ce patron un vêtement totalement personnalisé, et donc, que j’aime particulièrement porter. Les patrons de Seamwork sont souvent simples, mais toujours mignons. Je les trouve parfaits pour le « pattern hacking » car leur simplicité libère l’espace mental pour les retravailler à nos goûts exacts.

J’ai passé plusieurs semaines à la fabrication de ce short Weston. Et si je choisis de vous montrer mes photos “de travail”, c’est parce que j’adore voir les différences entre les versions, l’évolution de ce patron. La plupart du temps dédié à mon Seamwork Weston n’était même pas passé sur ma machine à coudre, mais surtout à réfléchir et à apprendre. Je couds souvent vite, mais je pense avoir eu besoin cette fois d’aller profondément dans ce patron. Bien que j’ai hésité a me lancer dans ce projet, c’est un réussite inattendue et une vraie fierté.

Et vous? Avez-vous déjà créé un patron qui ne vous intéressait pas au début pour finir par en tomber amoureuses?

KTGS0943
Fitting and construction-Toile d’essai

IMG_1395IMG_1384IMG_1387IMG_1400IMG_1407

I never planned to show off photos of my Seamwork Weston test garment. Far from flattering, this first muslin was only meant to be a learning exercise—I had promised to teach the shorts to a friend who wanted to learn sewing. So, I had to prepare. Actually, I never even really wanted to sew this pattern. My Instagram testifies, of course, to my love of Seamwork patterns, but I already had a long sewing list of summer projects (and I had never installed a fly zip…!).

Another reason for not being interested in the Weston shorts is that, last summer, I lovingly made two Répubique du Chiffon Pierre shorts—some of my most worn work. My Pierre shorts were one of my first sewing successes. Like many of us, I “didn’t like” shorts. Even though I wore them all the time when I was young, from adolescence onward and into adulthood, I felt “disqualified” from shorts because of the various changes to my body. I had the tendency to think : “You’re just not made for shorts”.

Feeling disqualified for a certain, standard piece of clothing is strange. And before sewing, I never would have thought that maybe RTW shorts don’t work for me, rather than me not working for them. Now with sewing, I choose styles that work for me instead of conforming to whats at the store. That’s what I loved about the Pierre shorts. I took a short lesson to start working on the pattern, which was far out of my skills at the time. Afterward they were fantastic. No longer did I need to worry about all my previous sans shorts summers.

All this to say that when my friend chose the Seamwork Weston pattern pour the lesson I offered to give her, I wished she had chosen otherwise. I already had great shorts, I wanted to do something else, but mostly, I didn’t know how to do the fly zip. The perfectionist in me had to know how to install a fly zip before she arrived. I sat down the night before and tried over and over again until it worked. In hindsight, fly zips are not hard to install, it’s just a matter of wrapping your mind around it the first time. The fit, on the other hand, that was another story. I couldn’t work on the adjustments the same night. It was going to take time, and I was all on my own to figure it out.

I didn’t have the time to work on the adjustments before teaching the pattern, so I set them aside. My friend and I got into her shorts, and constructed them without much difficulty. At this point I could have just left this summer’s short making behind me, but with all the time I had put into learning the pattern, I had to get my own pair to work. I took the famous unflattering photos of my muslin in order to see which adjustments I needed.

For the adjustments, I ended up editing the waist, leg, and especially the seat of the shorts with a Full Seat Adjustment. I thought I would have to lengthen the torso as well, but the FSA—my now go to pants adjustment–fixed this. Most often I use online resources to identify and learn about fit (some examples : from Colette and Closet Case files. Once the fit was settled, I wanted to make the shorts even more to my tastes. I added front pockets, an easy adjustment I learned with a By Hand London tutorial. The front pockets make the pattern more finished, in my opinion., because who really wants shorts with no pockets?! Lastly, on my second finished pair, I developed a great fondness for fly zip installation. I even used the last issue of Threads magazine to learn how to hand sew the fly zip. Now, this takes forever, but it was worth it. You have more control by hand than by machine when installing the zip. I was also able to stash bust from leftover fabric for both final versions—one a blue floral cotton, almost denim, the second was a pineapple styled linen-viscose blend from Sacrés coupons in Paris.

At its onset, this project ”blocked’ my personal sewing. By the end it was the summer project. I ended up sewing about six versions with muslins included. And I don’t regret it! Over time I created a project tailored to my tastes and shape. I love wearing them. Seamwork patterns are often simple and cute, which makes them great for pattern hacking. Their simplicity leaves room to think about how to personalize them.

I spent a few weeks on my Seamwork Weston shorts. And if I am showing off my purely functional behind the scenes muslin photos, it’s because I love to see the differences between versions, the evolution of the pattern. Most of this time was dedicated to thinking and learning, rather than actually at my machine. Sometimes I sew too quickly and run through projets. I think with this one, I needed to slow down enough to really dive into the construction of the garment. Although I originally hestiated with making the Seamwork Weston, I’m delighted with the results.

What about you? Have you ever started a pattern that you were not totally excited for, only to love it by the end?

One thought on “L’évolution d’un short ou mon bijou de l’été, le Seamwork Weston * The evolution of shorts, or my summer gem, the Seamwork Weston

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s