Ma robe de chambre ‘boudoir’ * My dreamy dressing gown: Named Asaka Kimono

English after photos! 🙂

Français:

Il y a plusieurs raisons de coudre ses propres vêtements: des raisons économiques, éthiques, créatives, ou pour le divertissement. Et souvent, on coud pour plus d’une de ces raisons à la fois. Pour ma part, ce sont toutes ces raisons qui m’ont poussée à me lancer dans la couture.

Avec la création de ce kimono, je pense en particulier en ce moment à mes raisons créatives, et donc mes buts. Même si je n’ai pas encore d’idées claires sur le style que je recherche, je sais que c’est en cousant que je le trouverai. Je sais, d’ailleurs, que si on veut créer des vêtements qui nous plaisent et qu’on porte souvent, il faut y penser. Chercher mon style de couture passe par beaucoup d’essais et erreurs, mais dernièrement j’ai eu plus de succès que d’échecs. J’attribue ces réussites à mon expérience positive avec le “Wardrobe Architect” de Colette , à travers lequel j’ai pris conscience que je cherche de la cohérence dans ma garde-robe. Étrangement, après avoir acquis assez de compétences dans les méthodes de couture pour me rendre compte que je pouvais créer plus ou moins ce que je voulais, je me suis demandée: « – Mais qu’est ce que tu voudrais, vraiment? » Désormais, je pense à ma couture dans ces termes.

Ce kimono fait partie de ces créations qui sont exactement ce que je voudrais. Il est délicat, de design assez simple, coloré, et aussi un peu “exagéré”. Il répond tout-à-fait au style qui, personnellement, me plait. De plus, comme c’est un vêtement d’intérieur, je ne me soucie pas qu’il soit “trop”, car parfois je me demande si mes faits-mains attirent trop l’attention ou se distinguent trop. Je sais que ce n’est pas une mauvaise chose que de se distinguer, mais c’est mon côté timide qui ressort, même si je finis, par la suite, par l’ignorer. Dernièrement j’ai regardé un documentaire, “Révolution rétro“, qui parlait de l’amour des gens pour le vintage (dont je suis aussi très fan!) et pour un style assez développé, presque exagéré. Je me reconnaissais facilement dans ces gens qui revendiquent leur style et leur posture créatifs. Ce kimono est, pour moi, clairement un geste qui va dans la direction d’assumer mon goût pour le style retro-glamour.

Pourtant, même si le ressenti est là, il n’y a vraiment rien de vintage dans ce kimono. Le patron est le kimono “Asaka” de Named Patterns . Le tissu est une double gaze de Nani Iro, qui m’est très cher car je l’ai choisi avec soin, émerveillée, pendant mon voyage au Japon l’été passé. Et puis, la frange… Bah, en fait, je ne sais pas d’où vient cette idée. Je m’intéressais récemment à incorporer plus d’accessoires dans ma couture afin de rendre mes créations plus abouties, et je suis tombée sur la frange à mon magasin préféré, et voilà. Je suis ravie de l’avoir trouvée car je pense qu’elle fait tout le look.

Du point de vue de la fabrication, ce kimono n’est rien de très difficile à coudre. Il ne prend pas trop de temps non plus. En plus de la frange, j’ai seulement fait quelques petites modifications; j’ai ajouté 15 cm de longueur, 1 cm de valeur de couture pour finir avec des coutures “françaises” (il y a déjà 1 cm inclus dans le patron), et j’ai mis un bouton et une boucle en “thread chain”, placée à l’intérieur afin de pouvoir plus facilement fermer le kimono. Vous verrez peut-être que le col est plus mince que d’habitude: ça, c’est une erreur! Normalement on coupe quatre fois le col, mais là je ne l’ai coupé que deux fois et je l’ai ensuite plié en deux. J’étais fatiguée les soirées où je l’ai assemblé, mais heureusement mon erreur ne se voit pas trop.

Ce kimono poursuit ma tendance commencée en janvier à fabriquer des vêtements d’intérieur, et je me plains aucunement! Vu que je suis plutôt contente avec les vêtements déjà faits pour l’hiver, je ne me sens pas pressée du tout en ce moment. Je prends aussi beaucoup de plaisir à coudre de la lingerie, donc j’essayerai de développer mes compétences en la matière. Pour mes projets à venir en février, je tenterai de faire pour la première fois le patron de soutien gorge “Marlborough” de Orange Lingerie . Je changerai de saison après celui-ci d’ailleurs, avec un ensemble chemise et jupe, car même si l’hiver est loin d’être fini à Montréal, j’ai déjà la tête au printemps. Bisous!

img_04111img_04091img_04081img_04141img_04001img_04021img_04061img_0345fringe-kimono_1

More #makenine progress! J’avance!RPIT2933[1].jpg

 There are many reasons to sew your own clothes: economical, ethical, creatives, or simply for fun. Often we sew for more than one of these reasons, and, for me, it was all of them that got me started.

Making this kimono had me thinking in particular about my creative reasons to sew, and my creative goals. Even if I don’t have a clear idea of what style I am looking for, I know that I working towards something through sewing. Plus I adhere to the idea that if I want to sew things I enjoy wearing often, that I need to think about what I make. My sewing style has developed through trial and error, but lately I’ve notices more successes that mistakes. I attribute my happy sewing lately to the positive experience I had following along with Colette’s Wardrobe Architect , a planning tool that made me aware that I am indeed looking for some sort of coherence in my wardrobe. Eventually, as I developed my skills in sewing enough to realize I could more or less make what I wanted, I asked myself: ”but, what do you really want to wear?” Now, I think about sewing in these terms.

In many ways this kimono response to the idea of exactly what I could imagine. It is delicate, has a simple design, bold colors, and just a little bit extravagant. It easily fits into my ideal personal style. Plus, since it is an in-house-only garment, I don’t worry if it is ”too much”. Sometimes, I am concerned my handmade clothes are ”too” different or attract ”too much” attention. I know neither is a problem, on the contrary, but my timid side often asks the question. Recently I watched a documentary “Révolution rétro,” that spoke on the love and dedication some people have to vintage styles (I do love it, too!). I definitely felt that I shared the mindset of some of those who were interviewed on why they standby their retro style and how, through it, they express themselves creatively. It was inspiring, and my kimono is clearly a gesture in the direction of embracing my tastes for retro-glam!

However, even if a certain look is there, there is actually nothing vintage about the kimono. The pattern is the Asaka Kimono pattern from Named Clothing. The fabric is Nani Iro double gauze, chosen with care during my splendid trip to Japan last summer. And, as for the fringe, well…I don’t really know where this idea came from. I was recently thinking on how to add more notions to my projects for a more finished look, and I found this gold fringe at my favorite local notions store–a delightful find since it really makes the look.

In terms of construction, sewing the kimono is nothing difficult. It doesn’t take too long to make, either. In addition to adding the fringe, I made a few small modifications: I added 15cm of length, 1cm to the seam allowances (that are originally 1cm) to sew French seams, and I placed a button and thread chain on the inside in order to better close the kimono. You may notice that the collar is thinner than on the original design: that was a mistake! Normally you are supposed to cut the collar piece 4 times, but I only cut it twice and folded it in half. I was quite tired the evening I put this together, but thankfully it doesn’t show too much.

This kimono continues my January trend of sewing loungewear-lingerie, and I am not disappointed! Considering I feel pretty pleased with my winter clothes, I don’t feel rushed in my sewing at the moment. I’ve been enjoying this type of sewing, and it feels like a good time to work more on my lingerie making skills. For my February projects, I will try the Marlborough bra pattern from Orange Lingerie for the first time. I’ll also switch seasons after that with a blouse-skirt ensemble, because even if winter is far from finished in Montreal, my mind is already looking forward to spring. Xo!

10 thoughts on “Ma robe de chambre ‘boudoir’ * My dreamy dressing gown: Named Asaka Kimono

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s